Spinoza et l'imaginaire by Bertrand, Michèle

By Bertrand, Michèle

Show description

Read or Download Spinoza et l'imaginaire PDF

Best foreign language study & reference books

Is This English?: Race, Language, and Culture in the Classroom (Practitioner Inquiry Series, 28)

This paintings offers a style of "critical inquiry" that enables scholars and lecturers to take highbrow and social hazards within the lecture room to make which means jointly and, finally, to rework literacy schooling.

Extra resources for Spinoza et l'imaginaire

Example text

Tant que l' Ame informe ce corps, il garde son identité, sous réserve que les changements de sa masse n'entraînent pas la rupture de son union avec l'Ame. Spinoza radicalise le mécanisme cartésien en l'étendant au corps humain; mais aussi en faisant à l'inverse de tous les corps des corps animés 2 . Il le fait en appliquant à tous les corps ce que Descartes réservait au seul corps humain, à savoir la subsistance de la forme du même individu à travers les changements de sa masse. Cette forme est un agrégat de corps.

Imaginé, tout entier dominé par notre conscience, et dont la logique n'est autre que celle de notre intellect. Les œuvres d'arts, les fictions poétiques, les hypothèses théoriques relèvent de ce type d'imagination. Quant aux images corporelles que suscitent l'agitation des esprits animaux ou l'excitation des sens interne ou externes, elles ne constituent pas un ensemble ordonné, mais un chaos : les seules lois qui l'expliquent sont celles des mécanismes des processus neuro-cérébraux. Combien différente est la conception spinoziste qui conduit à affirmer, comme nous l'avons vu au début de ce chapitre, que le pouvoir du corps dépasse infiniment la conscience que nous en avons, et que nul ne sait exactement ce que peut le corps.

Il montre que les changements de lieu ne sont que des déplacements relatifs : « Et tout ainsi que nous avons remarqué ci-dessus, qu'une même chose en même temps change de lieu et n'en change point, de même nous pouvons dire qu'en même temps, elle se meut et ne se meut point. Car celui, par exemple, qui est assis à la poupe d'un vaisseau que le vent fait aller, croit se mouvoir, quand il ne prend garde qu'au rivage duquel il est parti, et se considère comme immobile, et ne croit pas se mouvoir, quand il ne prend garde qu'au vaisseau sur lequel il est, parce qu'il ne change point de situation au regard de ses parties » 1 .

Download PDF sample

Rated 4.53 of 5 – based on 28 votes